23 octobre 2007

27

Le visage du vieil homme du Tintoret, au musée d'Orléans, ne nous regarde pas. Légèrement penché vers l'avant, de trois-quarts, il paraît songeur, perdu, loin. Il n'est pas avec nous. Si l'on se rapproche du tableau, on remarque que la ligne frontière entre le visage, le front et l'arrière-plan, n'est pas claire, comme on dit en BD, qu'elle est même légèrement floue, que la chair et le fond du tableau sont poreux, qu'entre l'home et l'espace où il se tient il y a une zone commune. Et cela me rappelle les derniers portraits de M.... [Lire la suite]
Posté par Jean Marc Bourg à 21:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2007

26

Premier texte portrait Une phrase pour ma mère. Je de 3/4 dos, comme hésitant, bras battant l'air, face à la chute. On dirait ça. Même si on sait que ce n'est qu'un effet de la photo, que le corps dans le spectacle est comme ancré, enfoncé dans le sol (encore que), là face à nous, c'est une chute, ou un effroi, qui apparaissent. Le visage est surexposé à la lumière, il regarde ce trop-plein de clarté, il est mangé par elle, peut-être que c'est trop fort (le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement), c'est un... [Lire la suite]
Posté par Jean Marc Bourg à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

25

Entre dire et faire: je ne sais ce que D.S. désigne par l'intervalle, j'y entends moi un entre-deux chaises qui pousse en quelque sorte le cul à la chute. Entre dire et faire, il y a le passage à l'acte impossible, l'hésitation à trancher, à choisir; le recul permanent devant l'accomplissement; l'inadéquation de la parole et de l'acte, cette jonction toujours promise jamais tenue; leur face à face (parole et acte) de chaque côté du fleuve, toute passerelle impossible à reconstruire.Le bégaiement de la volonté.
Posté par Jean Marc Bourg à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

24 (désormais ça sera intitulé ainsi, par numéros)

De Fred Deux:"J'ai peu de certitudes. Je me sens, ici, ce matin, à la même place qu'hier, au bord de dire, confidentiellement, ce que je n'ai pas encore dit. J'envie (sans trop m'attarder sur eux) ceux qui, ne pouvant plus résister, prennent tout à coup, dans la précipitation, le chemin qui mène aux aveux."
Posté par Jean Marc Bourg à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

23 suite

Rien. Des yeux. Fatigués. Flous.Trouvé ça, qui vient d'où?, dans mon ordi.Me ramènent à cette envie d'autoportrait que j'avais eue, il y a longtemps, avant l'été, sans doute. A laquelle j'avais renoncé, par peur sans doute, mais plus encore par l'ignorance de ce que je pouvais faire. L'idée de base était de faire un objet, une installation-objet de moi-même, faite de bouts de textes déjà joués et d'images de moi. Mais tout de suite (à peine l'idée formulée) c'était le doute -et le renoncement par la suite- qui s'imposait: pourquoi... [Lire la suite]
Posté par Jean Marc Bourg à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

octobre suite

23.10. Compliqué, le blogue. (J'ai écrit blogue, pas blog, je sais). On écrit, on voudrait rajouter dans le message précédent une chose, ça efface, il faut recommencer. Je voulais faire une page septembre, une octobre, etc... Rectifier, ajouter, intégrer telle chose, oubliée... C'est pas dans les normes, le blogue rechigne, il va falloir en passer par ses volontés. Ou alors, d'un autre côté, sur mon ordinateur perso, composer la chose comme je l'entends. Bref, je me soumets au grand Blogue. Les messages désormais s'ajouteront aux... [Lire la suite]
Posté par Jean Marc Bourg à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]